sws

Genève 2002

La conférence mondiale des femmes leaders spirituelles et religieuses.

SuisseAu Palais des Nations-Unies, Genève, Suisse. Du 6 au 10 Octobre 2002

«Le futur de cette planète dépend des femmes»

Invitations : Nous invitons entre 700 et 1000 femmes, dirigeantes religieuses et spirituelles, et leurs délégations, pour participer à la Conférence Mondiale des Femmes Dirigeantes spirituelles et religieuses. Nous attendons également une centaine de dirigeants religieux hommes, en plus de spécialistes des religions, et un groupe choisi de femmes d’affaires et chefs de gouvernement, pour un total de 1500 à 2000 participants. Une initiative du sommet mondial pour la paix du nouveau millénaire

Kofi Annan
Secrétaire Général des Nations-Unies, prix Nobel de la Paix 2002.

Amma a répondu favorablement à l’invitation des organisateurs de cette conférence.

Genève 2002

Extraits du discours prononcé par Amma à l’occasion de l’initiative pour la paix dans le monde des femmes chefs religieux et spirituels, Palais des Nations, ONU, Genève.

Genève, Le 7 Octobre 2002

Genève 2002« Hommes et femmes sont égaux aux yeux d’Amma. Mais la plupart des femmes sont actuellement endormies. Il faut qu’elles se réveillent et qu’elles se lèvent! C’est l’un des besoins les plus urgents de notre époque. On a longtemps cru que les femmes et les cultures au sein desquelles elles vivaient s’éveilleraient grâce à l’éducation et au développement matériel. Mais le temps nous a montré que cette conception largement répandue était trop limitée. C’est seulement si les femmes, tout en ayant une éducation moderne, assimilent la sagesse éternelle de la spiritualité, que la puissance contenue en elles s’éveillera et qu’elles pourront passer à l’action. »

« Aujoud’hui encore, les coutumes primitives inventées par les hommes pour exploiter les femmes et les soumettre restent en vigueur. Les femmes et leur mental sont prisonnières de ces coutumes, véritables toiles d’araignées. Les femmes sont encore prisonnières de ce cauchemar, bâti sur l’illusion, qu’elles traversent depuis si longtemps. »

« Les hommes ont amputé le développement et la liberté des femmes, et les traitent comme des plantes en pot. Les femmes ne sont ni des décorations ni des objets créés pour que les hommes en disposent. Les hommes utilisent les femmes comme des magnétophones et les font agir selon leurs caprices et leurs fantaisies, au lieu de les laisser se développer. »

Genève 2002

« En Inde, il y a peu de temps encore, les femmes n’étaient pas autorisées à vénérer Dieu dans le sanctuaire intérieur des temples; elles ne pouvaient pas non plus consacrer un temple ni accomplir les rituels védiques. Les femmes n’étaient même pas autorisées à chanter des mantras védiques. Mais Amma les y encourage et les formes à ces différentes pratiques, et c’est Amma qui accomplit les cérémonies de consécration de tous les temples construits par notre ashram. Comme ces cérémonies et ces rituels n’avaient été effectués que par des hommes pendant des générations, beaucoup de gens se sont opposés à ce que des femmes les accomplissent. A ceux qui trouvaient nos actions discutables, Amma expliqua que nous vénérons un Dieu qui est au-delà de toutes les différences, qui ne fait pas de distinction entre le masculin et le féminin. Il s’avéra que la majorité des gens soutint cette innovation révolutionnaire. Ces interdits imposés aux femmes n’ont en vérité jamais fait partie de la tradition ancienne de l’Hindouisme. Selon toute probabilité, ces règles ont été fabriquées par des hommes appartenant aux couches supérieures de la société, afin d’exploiter et d’étouffer les femmes. »

 

« C’est une femme qui a donné naissance au Christ, à Krishna, au Buddha. Même une incarnation divine naît d’une femme, qui endure la souffrance et les difficultés de la grossesse et donne naissance à l’enfant. Un homme ne peut pas le faire. Personne ne semble cependant reconnaître à quel point il est injuste que les femmes soient régentées par les hommes. »

« Lequel de nos yeux est le plus important, le gauche ou le droit? Ils ont tous deux une importance égale. Il en va de même du statut des hommes et des femmes au sein de la société. Les hommes comme les femmes devraient avoir conscience de la spécificité de leurs responsabilités ou dharma. Les hommes et les femmes doivent s’entraider. C’est la seule manière pour nous de maintenir l’harmonie dans le monde. »

« En réalité, l’homme est une partie de la femme. Tout enfant est d’abord dans le sein de sa mère, constituant une partie de son être. Elle crée l’atmosphère la plus propice à la croissance de cette vie en elle, puis elle lui donne naissance. »

Genève 2002« La faculté de donner la vie appartient en propre à la femme et elle peut la revendiquer pour elle-même. Grâce à cette aptitude innée, elle peut influencer le monde entier. Le principe de la maternité (ou du don de la vie) est aussi vaste et puissant que l’univers. »

« Que vous soyez un homme ou une femme, votre véritable humanité sera révélée seulement quand vos qualités féminines et masculines s’équilibreront. »

« Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, toute personne ayant le courage de dépasser les limitations du mental peut parvenir à l’état de mère universelle. »

« En profondeur, il y a un homme en toute femme et une femme en tout homme. Il y a des siècles que cette vérité a été révélée aux grands sages et visionnaires au cours de leurs méditations. C’est ce que symbolise la conception du dieu mi-homme, mi-femme (ardhanariswara) dans la religion hindoue. »

« Les femmes sont l’énergie et le fondement même de notre existence en ce monde. Quand les femmes perdent contact avec leur être profond, l’harmonie du monde est anéantie pour laisser place à la destruction. Il est donc crucial que les femmes fassent tous les efforts possibles pour redécouvrir leur nature fondamentale, car c’est seulement ainsi que nous pourrons sauver le monde. »

« La femme est la créatrice du genre humain. Elle est le premier guru, le premier quide et mentor de l’humanité. Pensez aux forces immenses, bénéfiques ou maléfiques, qu’un seul être humain peut déchainer en ce monde. Que nous en ayons conscience ou pas, chacun de nous a un effet profond sur les autres. Il ne faut pas sous-estimer la responsabilité d’une mère quand il s’agit de la formation qu’elle donne à ses enfants, de l’influence qu’elle exerce sur eux et de l’inspiration qu’elle leur apporte. »

« Le proverbe qui affirme qu’à l’origine de la réussite d’un homme, il y a toujours une femme forte, contient beaucoup de vérité. Partout où vous voyez des individus heureux et paisibles, des enfants dotés de nobles vertus et de bonnes dispositions, des hommes faisant preuve d’une force immense face à l’échec ou à l’adversité, des gens qui possèdent une grande capacité de compréhension, de sympathie, d’amour et de compassion envers ceux qui souffrent et qui font don d’eux-mêmes aux autres, vous trouverez généralement une mère admirable qui les a inspirés, faisant d’eux ce qu’ils sont. »

Genève 2002

« Dans leurs efforts pour retrouver dans la société le statut qui leur revient de droit, les femmes ne devraient jamais perdre ce qui constitue l’essence de leur nature. C’est une tendance que l’on peut observer dans de nombreux pays et qui n’aidera jamais les femmes à conquérir leur véritable liberté. Il est impossible d’atteindre la liberté réelle en imitant les hommes extérieurement. Si les femmes elles-mêmes se détournent du principe féminin, il en résultera l’échec absolu des femmes et de la société. »

 

« L’amour maternel n’est pas le privilège des femmes qui enfantent. C’est une qualité inhérente à l’homme aussi bien qu’à la femme. C’est un état d’esprit. C’est l’amour, et cet amour est la respiration même de la vie. Personne ne déclare : « je ne respirerai qu’en compagnie de ma famille et de mes enfants; je ne respirerai pas en présence de mes ennemis. » De même, chez ceux en qui le sentiment maternel s’est éveillé, l’amour et la compassion envers tous les êtres sont aussi naturels que le fait de respirer. »

« L’ère qui s’ouvre devrait être consacrée à réveiller la faculté de l’amour maternel. Partout, les femmes doivent retrouver en elles les qualités de cet amour maternel. C’est la seule façon de réaliser notre rêve de paix et d’harmonie. Et cela est possible! Cela dépend complètement de nous. N’oublions pas qu’un vrai dirigeant ne domine pas les autres mais les sert avec amour et compassion, inspirant les hommes comme les femmes par l’exemple de sa vie. »

Vidéo :