Archives de catégorie : Nouvelles d’Amma

Amma visite le Temple de Ponnabhagavati

31 mars 2014, Amritapuri – Source

ponnabhagavatiAmma a été invitée au Temple de Ponnabhagavati de Parayakadavu lors du festival annuel du temple.

Le soir, après la méditation et le satsang sur la plage, Amma est partie à pied, suivie de milliers de visiteurs et résidents de l’ashram. Il régnait partout une atmosphère de fête. Les villageois sortaient de leurs maisons en courant pour voir Amma et les dévots se hâter vers le temple.

A son arrivée, Amma a reçu un accueil traditionnel de la part des autorités du temple. Après avoir fait le tour du temple, Amma a effectué l’arati à la murti.

C’était la première fois qu’Amma se rendait au temple depuis sa rénovation, l’année dernière.

Le temple est à dix minutes de marche de l’ashram. Amma a fait l’aller-retour à pied…

De retour à l’ashram, elle s’est dirigée vers le hall principal pour les bhajans du soir.

-Kannadi

La vie spirituelle c’est apprendre à ne plus avoir peur

1er avril 2014 à Amritapuri – Source

14amma4Question : Quand je pense à la loi du karma, j’ai parfois très peur.

Amma : Tout ce qui est né doit mourir un jour. Vous n’êtes pas le corps. Vous n’êtes pas le mental. Alors, pourquoi avoir peur ? Nous devons nous efforcer d’atteindre le dharma, sans peur ; pour cela, il nous faut du courage et de la persévérance.

A l’armée, les soldats subissent un entraînement qui les aide à transcender la peur. Ils doivent courir entre les bombes qui explosent. Ils doivent survivre dans la jungle en mangeant ce qui leur tombe sous la main, même des serpents. C’est l’entraînement qui fait d’eux des soldats dévoués qui n’ont peur de rien. Ils sont prêts à endurer tout cela pour offrir leur vie pour leur pays. Ici aussi, on s’entraîne à ne plus avoir peur. En fait, nous devons avoir encore moins peur que les soldats si nous voulons offrir notre vie au monde. Ayant compris que vous n’êtes pas le corps, vous devriez adhérer au dharma et n’avoir plus peur de rien.

Si vous mettez la main au feu, vous allez vous brûler. Si vous touchez un câble électrique, vous allez vous électrocuter. Peu importe que vous l’ayez fait exprès ou pas. Que nos actions soient conscientes ou non, elles portent toujours des fruits. C’est pourquoi, nous devons faire preuve d’une vigilance parfaite. Nous devrions passer toutes nos actions au crible de la conscience. La conscience peut nous protéger.

Le gourou est comme un « chumatu tangi » (sorte de râtelier sur lequel les voyageurs peuvent déposer leurs bagages). Rien qu’en en voyant un, le voyageur sent déjà sa charge devenir plus légère, juste parce qu’il sait qu’il pourra la déposer à tout moment. Il en va de même en présence du gourou. Nous savons que si notre fardeau devient trop lourd, nous pouvons toujours le déposer. De cette façon, le gourou donne au disciple la force de continuer.

Mes enfants, l’adversité et la mort se présenteront à chacun. Notre prière devrait être : « Puisse mon mental devenir capable de n’héberger que de bonnes pensées et de ne faire que de bonnes actions ». Avec un tel mental, on vit éternellement.

– Sakshi

Rires et sagesse sur la plage

31 mars 2014, Amritapuri – Source

Il était environ 16h15 quand Amma est arrivée à la plage pour la méditation avec les ashramites et les dévots de passage. Après la méditation, elle a demandé à un ashramite allemand de prendre la parole. Il a raconté qu’un jour, en Europe, alors qu’il secondait Brahmachari Shubamrita lors d’un programme, il avait profité d’une séance de questions/réponses pour aller aux toilettes. À son retour dans la salle, tout le monde l’avait regardé en souriant. Il s’était alors rendu compte qu’il avait oublié d’éteindre le micro sans fil qu’il avait sur lui.

14laughter

En entendant cette histoire, Amma et toute l’assemblée rirent de bon cœur. Puis Amma déclara : « Mes enfants, il y a quelque chose à apprendre en toute circonstance. De nos jours, nous avons l’information, mais pas le discernement ; nous avons le savoir, mais pas la conscience.

Il y a quelques années, un dévot est venu au darshan en pleurs car il avait été arrêté par la police. Il avait fait de l’urticaire qui l’avait démangé un jour dans le train et il s’était gratté. À quelques gares de là, deux policiers étaient venus l’arrêter. Pourquoi ? Il n’en avait pas la moindre idée. Plus tard il avait appris qu’une dame assise en face l’avait signalé comme pervers. Le pauvre homme ne s’était pas rendu compte de l’endroit qu’il grattait.

Un autre dévot avait un jour raconté une histoire similaire à Amma. Il était allongé dans un train sur la couchette du haut, et il regardait une photo de sa petite amie sur son téléphone portable. Mais la fille qui était assise en dessous avait cru qu’il s’agissait de sa photo. Elle l’avait signalé à la police en disant qu’il l’avait photographiée contre son gré.

Nous avons besoin de conscience. La plupart d’entre nous agissons sans réfléchir. Et ceux d’entre nous qui réfléchissent agissent rarement de façon appropriée. Nous manquons de shraddha (vigilance). Quand vous avez chaud, vous mettez le ventilateur en route, mais s’il n’a pas été bien nettoyé, il va vous envoyer de la poussière et des saletés. Vous remplissez le réservoir d’eau pendant toute une journée, mais le soir il est vide ; pourquoi ? vous n’avez pas vu qu’il était percé sur le côté.

Mes enfants, essayez de faire attention à chaque mot que vous prononcez. Il suffit qu’un Premier Ministre dise un mot de travers pour provoquer une guerre. Les mots sont plus puissants que beaucoup d’entre nous ne le pensent. »

Amma nous a raconté l’histoire suivante à ce propos :

Il était une fois un gourou qui enseignait le chant védique à ses disciples. Absorbé par ce qu’il enseignait, il ne vit pas le roi arriver. Quand il s’en rendit compte, il accueillit le roi. Celui-ci lui demanda : « Répéter tous ces mantras … à quoi bon ? N’est-ce pas une perte de temps ? »

Le visage du gourou se rembrunit. ‘Sortez d’ici ! ‘ dit-il au roi.

Le roi répondit : ‘Pourquoi vous mettez-vous dans une telle colère ? Je n’ai fait que vous poser une simple question.’

Le gourou hurla : ‘Je vous ai dit de sortir d’ici !’

Le roi reprit : ‘Qui êtes-vous pour me parler de la sorte ? Je vous ferai décapiter !’

À ces mots, le gourou sourit en disant : ‘Êtes-vous bien sûr que cela ne sert à rien de répéter des mantras ? S’il n’a fallu que deux mots banals pour faire de vous un meurtrier, imaginez le pouvoir de la répétition réitérée de mantras qui contiennent des bijachakras saturés de la shakti du sankalpa de nos rishis !

« Mes enfants, la conscience est l’essence de la vie spirituelle. »

Holi 2014

Shyam aaye, Célébrations de Holi

17 Mar 2014, Amritapuri – Source

holi01Comme tous les lundis lorsqu’elle est à Amritapuri, Amma est venue méditer sur la plage Ayurveda, dans l’après-midi. Après la méditation, comme c’était le jour de la célébration de Holi, elle a demandé aux dévots d’expliquer le sens de cette fête spéciale, la fête des couleurs.

Un des dévots donna une explication, puis d’autres s’approchèrent d’Amma avec un plateau plein de poudres de différentes couleurs. L’un d’entre eux tamponna doucement la joue d’Amma avec de la poudre de santal colorée, suivi par d’autres qui se mirent à barbouiller le visage d’Amma de diverses couleurs : du rose, du jaune, du vert, de l’orange, du bleu… Amma rayonnait de joie, arborant un sourire malicieux ; des « Mata Rani Ki … Jai » retentirent.

A son tour, elle barbouilla les visages autour d’elle de poudres de différentes couleurs. Tous les visages s’illuminèrent de joie.

On tendit à Amma un « pichkari » (pistolet à piston) et elle aspergea les visages qui l’entouraient d’eau colorée.

Puis Amma se mit à chanter « Ayi he holi ». Tout le monde reprit en chœur en applaudissant joyeusement… Un nouveau moment mémorable en compagnie d’Amma, gravé dans les cœurs et les âmes de tous ceux qui étaient là.

– Kannadi

{gallery}2014/03/holi{/gallery}

Les graines de la transformation

17 février 2014 – Source

Sur la route de Mangalore, Amma et le groupe du Tour se sont arrêtés pour le déjeuner à l’école Amrita Vidyalayam de Thrissur. Aux côtés des enfants indiens et internationaux du Tour, les élèves de l’école ASHIS (Amrita Speech and Hearing Improvement School / École Amrita pour la réhabilitation de la parole et de l’audition) ont eu la chance de passer deux heures merveilleuses avec Amma.

ASHIS est l’une des rares écoles du Kérala qui emploie une méthode scientifique pour apprendre à parler aux enfants malentendants. Plus de 120 élèves y étudient. À l’issue du secondaire, le taux de réussite à l’examen est de 100 % et les élèves n’ont aucune difficulté à trouver du travail.

Les visages des enfants se sont illuminés dès qu’ils ont vu Amma et tous cherchaient à attraper sa main. Amma les a invités à s’asseoir juste à côté de son siège, car elle voulait être tout près pour interagir avec eux.

Amma a demandé aux enfants de réciter à tour de rôle les chansons et les poésies qu’ils avaient apprises malgré leur handicap auditif. Les tonnerres d’applaudissements qui accueillaient chacune des courtes présentations faisaient naître un grand sourire sur le visage des enfants et grandir leur confiance en eux.

Amma leur a appris à dire « Om Namah Shivaya ». Elle prononçait lentement chaque mot et à grand renfort de mimiques très claires, elle aidait les enfants à saisir les sons et à les répéter correctement.

C’était très touchant de voir ces enfants heureux et bien éduqués passer des moments aussi précieux avec Amma. Outre leur scolarité – qu’elle prend totalement en charge – Amma leur fournit un cadre spirituel plein d’amour qui leur permet de s’épanouir, de construire leur estime de soi et d’explorer leur potentiel en dépit de leur handicap.

Ensuite Amma a demandé à ceux qui l’accompagnaient de raconter des histoires à message spirituel.

Gaurang, originaire d’Amérique du Nord, a parlé de la transformation que les conseils d’Amma pour le nouvel an 2013 ont opérée sur lui et sa famille. Dans son satsang, Amma avait dit qu’au lieu de prendre des résolutions pour l’année, que de toutes façons nous ne respecterions pas, mieux valait essayer de pardonner et d’oublier les erreurs des autres. Prenant le conseil d’Amma à cœur, Gaurang a envoyé un e-mail à son beau-père, à qui il ne parlait plus depuis des années. En fait, cela faisait 20 ans qu’ils n’avaient plus été capables d’établir une vraie relation, qu’ils s’ignoraient et s’évitaient. Mais ils ont senti tous deux que le temps était maintenant venu de se réconcilier et ils ont projeté de se revoir lorsque Gaurang reviendrait au Canada avant le prochain tour d’Amérique du Nord 2013.

Peu de temps après, on a diagnostiqué un cancer du poumon au beau-père de Gaurang, les médecins ne lui donnant que quelques mois à vivre. Ce dernier a demandé à Gaurang de venir au Canada pour le préparer au départ. Pendant cette période, leur relation s’est approfondie. Gaurang a petit à petit familiarisé son beau-père avec l’enseignement d’Amma et diverses pratiques spirituelles pour l’aider à faire face à cette situation extrême. Voyant les forces physiques du malade décliner, Gaurang lui a fait adopter une technique de respiration qui incluait la récitation du mantra OM. C’est en récitant cette syllabe sacrée que son beau-père a tourné son regard vers lui, les yeux grands ouverts, avant de les fermer lentement au moment de quitter son corps physique empli de paix et de grâce.

Gaurang a exprimé sa gratitude envers Amma pour lui avoir donné pour la nouvelle année ce conseil simple mais si puissant, qui lui a permis de réunir sa famille et de se débarrasser des souvenirs amers.

Amma a conclu en déclarant que nous ne pouvons vivre en paix qu’en lâchant notre colère et notre rancune. Ne laissons pas ce genre d’émotions négatives pourrir dans nos esprits, au risque de nous empêcher de nous épanouir, d’expérimenter la véritable paix et la satisfaction du moment présent.

Les élèves de ASHIS articulèrent un dernier et sonore « Om Namah Shivaya » puis Amma et le groupe du Tour continuèrent leur voyage vers Mangalore, première étape du Tour de l’Inde 2014. Tous se sentaient nourris du prasad d’Amma, mais aussi formidablement inspirés par ses paroles et ses actions – ces graines de transformation qu’elle sème partout où elle passe.

{gallery}2014/02/graines{/gallery}

Ashram ambulant

Ashram ambulant de 700 personnes

Posté le 16 février 2014 – Source

En démarrant les inscriptions pour ce tour de 2 semaines, nous nous attendions à un nombre de participants à peu près égal à celui des derniers tours. C’était oublier que la foule d’occidentaux n’avait pas beaucoup diminué depuis le nouvel an – passant de 1600 à 1200. Nous nous doutions que la donne pourrait être différente.

lunchstop

Nous étions cependant loin d’imaginer que nous allions atteindre 400 inscriptions. Une fois les bus organisés et l’heure du départ annoncée, le tour comptait 420 occidentaux !! Tous les précédents records étaient pulvérisés. Avec les 300 ashramites indiens, la caravane du tour comprenait 13 bus, 3 gros camions et un bon nombre de voitures. Plus de 700 disciples et dévots en route avec Amma ! Un ashram ambulant …

Le groupe était tel que nous pensions qu’Amma allait voyager de son côté et que notre caravane allait suivre son rythme. Mais Amma allait-elle accepter ce plan ? Pas question ! Nous sommes partis d’Amritapuri à 7 heures du matin le 13 février et, environ 4 heures plus tard, Amma nous avait rejoints…

dinnerstop

Et elle est restée avec nous, à notre allure … Elle nous a attendus pendant notre petite pause à l’école d’Ernakulam, elle a passé deux heures entières avec nous à l’école de Thrissur pour le repas de midi, distribué toutes les assiettes, veillé à ce que tout le monde soit servi, prêté une attention particulière aux dévots locaux qui nous avaient rejoints et communiqué avec tout le monde dans la joie …

Pour le repas du soir également, elle a demandé que l’on s’arrête tous à l’école de Thalassery, où elle a de nouveau servi le repas, communiqué avec tous et chanté des joyeux bhajans.

amma-mangalore

Notre trajet aura duré plus de 24 heures et Amma nous a accompagnés pendant tout ce temps. A 4 heures du matin, le 13 février, chacun avait donné son sac à charger ; à 4h45 du matin, le 14 février, nous sommes arrivés à Mangalore avec Amma, après une journée de voyage inoubliable.

– Priyan

Amma est notre Krishna

Amma est notre Krishna, nous sommes tous des Arjuna

15-16 Feb, Mangalore, Karnataka – Bharata Yatra 2014 – Source

Après 20 heures de bus depuis Amritapuri, Amma et le groupe du Tour sont arrivés au MAM de Mangalore, le 14 février au petit matin.

Le soir même, Amma a appelé tous les dévots locaux et le staff du Tour à venir recevoir son dîner prasad et participer à ce qui s’est avéré être une grande fête de lancement du Bharata Yatra 2014. Quand Amma a chanté deux nouvelles chansons populaires, le site du programme s’est transformé en salle des fêtes : tout le monde – jeunes et vieux, Occidentaux et Indiens – dansait et chantait.

L’itinéraire de la première partie du Bharata Yatra 2014 est quelque peu inhabituel par rapport aux années précédentes. Le Tour a commencé dans l’Etat du Karnataka au nord du Kérala et prendra ensuite la direction du sud, pour revenir au Kérala. Étant donné qu’il n’y aura qu’une seule ville étape au Karnataka, les dévots sont venus à Mangalore des quatre coins de l’Etat afin de ne pas manquer l’exceptionnelle bénédiction de la présence d’Amma dans leur région.

Le lieutenant colonel, Dr NS Mallik, ancien Commandant en second de l’armée, et Ravi Kiran, chanteur de play-back, ont participé à la cérémonie publique du 16 février, au cours de laquelle Amma a remis des bourses d’études à 75 étudiants.

Dans le cadre du programme « Amrita Self-reliant Villages » (Villages Autonomes Amrita), le MAM a annoncé un nouveau projet caritatif de grande envergure : l’adoption du village de Karnad (à proximité de Mulky). Ce projet offrira entre autres une formation professionnelle gratuite et assistée par ordinateurs aux femmes du village. Pour lancer cette action, Dr NS Mallik a distribué à ces femmes des ordinateurs portables gratuits équipés du logiciel de formation professionnelle.

Mallik a déclaré : « Je suis inspiré par ce qu’Amma fait pour améliorer la société. Je me considère comme un soldat du chef spirituel Amma et je veux marcher sur ses traces. En fait, nous sommes tous des Arjunas et Amma est notre Krishna. Adoptons les valeurs d’amour et de bonne volonté qu’Amma met en pratique. »

Le MAM s’est engagé à offrir tout ce qui est de première nécessité, y compris l’éducation, aux membres de la communauté rurale. Depuis quelques mois, des bénévoles d’AYUDH se rendent dans le village pour y faire du seva et animer des programmes spirituels. Karnad est l’un des 101 villages indiens sélectionnés par le MAM pour devenir des villages autonomes et servir de modèles au reste du pays. Le village recevra tout l’appui nécessaire du MAM pour mettre en place les infrastructures, la formation et les soins de santé requis pour atteindre cet objectif.

Pendant les deux jours du programme, les 15 et 16 février, Amma a chanté plusieurs nouveaux chants et dirigé la Manasa Puja en Kannada, la langue locale. Des enfants de plusieurs écoles Amrita Vidyayalam ont présenté divers programmes culturels. Comme seva, l’un des principaux du Tour, de nombreux bénévoles internationaux de l’Ashram ont participé à la Campagne ABC qui consiste à garantir la propreté du site du programme et des environs, à recycler les ordures et à éduquer les gens à l’hygiène et à la santé publiques.

– Tulasi

{gallery}2014/02/arjuna{/gallery}